Economies : à court terme comme à long terme, le mur manteau fait coup double

schock-confluence-lyon

En matière d’économies, l’Isolation Thermique par l’Extérieur en mur manteau joue gagnant sur deux tableaux :

 

1. La consommation d’énergie. En rénovation, la mise en place d’une ITE dans les règles de l’art contribue à faire passer le diagnostic de performance énergétique (DPE) de la classe G à la classe B, voire A, tout en rénovant durablement l’enveloppe. Sur des bâtiments très déperditifs, la consommation d’énergie peut diminuer de plus de 60 % !

 

En construction neuve, plus les exigences sont grandes, plus l’Isolation Thermique par l’Extérieur creuse l'écart. Ainsi, pour les

 

bâtiments de type BBC, Maison passive ou BEPos, le mur manteau est la solution la plus simple pour atteindre le niveau de per-
formance visé
. Il évite en particulier le recours coûteux à des rup-
teurs pour supprimer les ponts thermiques linéiques à la jonction des dalles et cloisons avec les murs extérieurs.

 

2. L’entretien du bâtiment. Le mur manteau, par son principe même d’enveloppe, met le bâti à l’abri des agressions extérieures de toute nature, et

notamment les chocs thermiques répétes sur la structure de l’ou-
vrage : cela minimise, dans la durée, les opérations de main-
tenance lourde.