FixiClementAder

À l’heure où le Grenelle de l’en­viron­nement impose un planning ambi­tieux de mise à niveau énergé­tique des bâtiments publics, et où la con­struction neuve à vocation tertiaire se doit d’allier économie et confort en toute saison, le mur manteau est plus que jamais d’actualité.

 

Il en va des bâtiments administratifs construits il y a 40 ou 50 ans comme des logements de l’époque : leurs performances énergétiques sont minimales, leurs façades souvent dégradées, et leur langage formel n’a pas toujours bien vieilli.

 

À chacun de ces trois problèmes, le mur manteau apporte une réponse probante, et cela pour un coût des plus compétitifs.
 
Quant à la construction tertiaire neuve, le confort d’été indissociable du mur manteau y rend notamment la climatisation superflue. Sa perfor­mance énergétique permet même d’atteindre, selon le cas, un niveau allant jusqu’au BEPos (Bâtiment à Energie Positive) et à la construction ‘zéro empreinte carbone’.

 

La disponibilité de matières très con­temporaines, voire de solutions sur mesure, est à la hauteur des at­tentes des architectes : les in­du­striels du Mur Manteau proposent des systèmes constructifs raffinés sur le fond comme sur la forme.