sto-betheny

Née d’une initiative allemande, la maison passive jouit en France d’un intérêt croissant. Son nom évocateur n’y est sans doute pas étranger. De plus, les réalisations déjà nom­breuses en Allemagne, en Autriche et en Suisse fournissent des exemples concrets et des retours d’expérience dûment validés.

 

Dans une maison passive, les besoins en énergie du chauffage ne dépas­sent pas 15 kWh/m2.an (soit 1,5 l de fioul/m2 par an). En pra­tique, l’énergie dégagée par les appareils domes­tiques et les occu­pants eux-mêmes assure à elle seule, presque toute l’année, les besoins en chauffage. Parallèle­ment, l’étanchéité à l’air du volume habitable, testée à la porte soufflante, doit permettre de ne pas dépasser 0,6 volume/h.

 

Le mur manteau est idéalement placé pour répondre au cahier des charges de la maison passive. Il est notamment compatible avec des épaisseurs d’isolant allant jusqu’à 30 cm. Avec un traitement adéquat des ponts thermiques ponctuels et des points singuliers, complété de préférence par des menuiseries montées en applique extérieure, le mur manteau répondra aux exigences de la maison passive sans recours à des techniques exagérément complexes et coûteuses.